Nicolas Naif, L‘eurocommunisme en Belgique : crises et débats autour d’une voie belge au socialisme, 1954-1982, Bruxelles, CArCoB / CHSG, 2004

A apresentação do livro de Naif :

EUROCOMBELGICA.jpg

Y eut-il jamais une voie belge au socialisme ? En d’autres termes, l’eurocommunisme fut-il la grande occasion ratée d’adapter aux conditions d’un pays occidental développé la doctrine qui avait enflammé les bolcheviks russes ?

Comment cette nouvelle offre politique, portée momentanément par une vague internationale, ne réussit-elle pas à trouver preneur dans les conditions particulières de la Belgique, laboratoire politique qui vit naître et prospérer à partir des années ’70 des initiatives inattendues. Face à l’ultra-libéralisme, au socialisme gestionnaire et à la décléricalisation des masses chrétiennes, une redistribution des cartes semblait possible.



L’eurocommunisme peut se lire, notamment, comme le douloureux arrachement au père. Mais cette lecture ne peut être univoque : l’eurocommunisme, terme dont les créateurs sont incertains, eut autant de significations que d’acteurs. Les analystes superficiels, les journalistes pressés, les commentateurs rapides rangèrent sous cette appellation diverses formes d’« hétérodoxie», tant ils étaient peu à même d’analyser les spécificités des communismes, n’ayant pour ce faire le plus souvent que la grille confortable du monolithisme et de ses hérésies.

L’eurocommunisme fut en réalité la réponse ébauchée par les partis communistes aux conditions de la décennie ’70, avec leur culture propre, fruit d’un passé spécifique. Chacune de ces réponses rencontra son opposition, souvent farouche et tranchante, mais le plus souvent mue par des motivations fort dissemblables.

Sommaire :

Préface (José Gotovitch) – Introduction (Nicolas Naif)

1. De la participation gouvernementale au congrès de Vilvorde (1944-1954) (pp. 25-40)

La Libération et l’entrée au gouvernement ; La Guerre Froide ; Le congrès de Vilvorde, un tournant décisif ?; Quelle fut la portée du XIème congrès ?

2. Une voie belge au socialisme ? (1954-1967) (pp. 41-82)

L’«inoubliable» année 1956 ; Le Mouvement Communiste International en crise ; Le XIIIème congrès du Parti communiste de Belgique ; La «Grève du siècle» ; La scission grippiste ; Une embellie ? ; Le XVIème congrès, les socialistes et la démocratie ; «A propos d’un procès» ; Un parti belge ?

3. Le Printemps de Prague et la crise du Mouvement Communiste International (1967-1969) (pp. 83-106)

La conférence de Karlovy Vary (avril 1967) ; Le Printemps de Prague ; Mai 68 et les communistes ; Le congrès d’Ostende : solidarité et critique ; Les conséquences de l’expérience tchécoslovaque ; La conférence mondiale de Moscou ( juin 1969).

4. Le Rassemblement des Progressistes (1969-1974) (pp. 107-128)

L’Appel de Léo Collard ; Le XXème congrès du PCB ; Les promesses de l’UDP ; Le modèle français ; L’unité du parti en danger ?; Le destin de l’UDP.

5. Une voie nouvelle au communisme ? (1974-1976) (pp. 129-146)

La conférence de Bruxelles des PC d’Europe capitaliste ; Les dissensions ne sont pas apaisées ; Gramsci en question ; De Lisbonne à Helsinki.

6. La longue route vers l’eurocommunisme (1976-1978) (pp. 147-208)

Un nouveau concept ?; « Notre Parti et l’Union Soviétique » ; Le PCF et le socialisme aux couleurs de la France ; Le XXVème congrès du PCUS ; La rupture est-elle consommée ? ; L’eurocommunisme sur les fonds baptismaux ; La conférence de Berlin (juin 1976) ; Critiques plutôt que solidaires ; Le sommet de Madrid (mars 1977) ; « ‘Eurocommunisme’ et état » ; Ce qui change en Flandre ; « L’eurocommunisme est une réalité positive ».

7. Une pratique de l’eurocommunisme ? (1978-1981) (pp. 209-236)

La dissidence et l’eurocommunisme en question ; L’eurocommunisme devant le XXIIIème congrès du PCB ; Les dernières illusions de l’eurocommunisme ? ; Le PCB vu de l’extérieur ; Détour par l’Afghanistan ; La révolte des eurocommunistes ; Les interrogations flamandes.

Epilogue : Les dernières illusions (pp. 237-244)

Conclusions générales (pp. 245-256)

Annexes (pp. 257-271) – Notes (pp. 273-327) – Index (pp. 329-336) – Bibliographie (pp. 337-356)

Advertisements